Hao et Dixya de Fort Worth partagent leurs cultures grâce à des cours de cuisine virtuels

by admin

Hoa Tran, à gauche, et Dixya Bhattarai ont lancé une entreprise alimentaire ensemble en 2018.

Dans la section réfrigérée du marché alimentaire de Fort Worth, The Table est un puissant témoignage d’amitié. Bien sûr, à l’extérieur, cela peut sembler être juste un paquet de boulettes farcies de kimchi, de pommes de terre au curry ou de porc. Mais chaque tas de pâte a été amoureusement pincé par les copains Hao Tran et Dixya Bhattarai, qui travaillent sous le surnom de Hao & Dixya et sont copropriétaires de The Table.

En plus de fabriquer des plats préparés, Tran et Bhattarai enseignent des cours de cuisine, organisent des événements éphémères et proposent un service de restauration inspiré des saveurs et des traditions mondiales, y compris les leurs. Tran est originaire du Vietnam et Bhattarai est originaire du Népal. Les boulettes sont courantes dans les deux pays, bien que les ingrédients et les préparations diffèrent. Compte tenu de leur expertise, les cours de fabrication de boulettes se sont avérés être l’une de leurs offres les plus populaires.

Lorsque le duo s’est rencontré il y a environ trois ans, aucun d’eux n’avait d’expérience dans les cuisines professionnelles. Ce qu’ils avaient, c’était de merveilleux souvenirs de cuisine et d’apprentissage avec leurs aînés.

«Au Vietnam, ma grand-mère a fait fonctionner un poêle à bois toute la journée pour préparer nos repas et chauffer notre eau», explique Tran. Elle a déménagé à Arlington avec sa famille à l’âge de 6 ans et a passé les étés à Montréal, au Canada, dans le restaurant de sa tante. «La cuisine franco-vietnamienne de ma tante était simple mais savoureuse», se souvient Tran. «Ces femmes définissent vraiment comment et ce que je cuisine.»

Les souvenirs de Bhattarai des repas de famille à Katmandou sont également restés avec elle, mais son intérêt pour la cuisine ne s’est développé qu’après l’université, lors d’un stage en diététique. «En apprenant sur la santé et la nutrition, j’ai découvert de nouveaux ingrédients, techniques et recettes, ce que j’ai vraiment apprécié», dit-elle.

Au fur et à mesure que leurs carrières respectives évoluaient – Tran enseigne la chimie et la physique au lycée et entraîne la natation au lycée, et Bhattarai est diététicienne – ils passaient tous deux du temps libre à préparer des repas élaborés pour des réunions informelles. Un ami commun qui a noté leur passion commune les a connectés. Leurs ambitions se sont transformées en entreprise. En 2018, ils ont commencé à produire des dîners éphémères sous le nom de Hao & Dixya.

«Nous savions que ce serait un bon partenariat si nous canalisions nos énergies ensemble», dit Bhattarai. «Le format pop-up était parfaitement logique, nous donnant la flexibilité et la liberté d’être plus créatifs avec nos menus.»

Bientôt, leurs dîners se sont épuisés et ils ont ajouté des cours de cuisine, organisés dans des cuisines professionnelles, pour apprendre aux gens à faire des boulettes, des sushis végétariens, des légumes fermentés et des plats vietnamiens et indiens. Ils ont été approchés par leurs amis Dena et Trent Shaskan pour ouvrir un magasin de brique et de mortier pour vendre leurs plats préparés. Dena est un restaurant et chef de traiteur de longue date à Fort Worth, et son mari, Trent, est un boulanger prolifique avec un marché de fermiers dévoué.

«Dena et moi avons parlé à d’autres personnes, mais personne n’était aussi prêt pour la prise de risques et le développement créatif que Hao et Dixya», dit Trent. «Ils font bouger les choses et ils sont intelligents.»

Ensemble, le quatuor a ouvert La Table en septembre 2019.

Leur partenariat a créé un sentiment de communauté, dit Tran. Les fournisseurs, y compris les propriétaires, partagent leurs connaissances et leurs expériences avec toutes les personnes qui entrent dans le magasin. «Enseigner aux gens ce qui est possible avec quelques ingrédients et mettre en valeur nos influences ethniques se transforme en conversations autour de la table et en relations établies à partir de là», dit Tran.

Avant que la pandémie COVID-19 n’annule les événements en personne, Hao & Dixya ont organisé des cours à The Table ainsi qu’à un club de livres de cuisine, dans lequel les participants ont apporté un plat préparé à partir d’un livre de cuisine désigné. Ces événements servent souvent de collectes de fonds pour des organismes de bienfaisance locaux tels que le Fort Worth Food & Wine Festival. Au cours de la dernière année, le duo a maintenu son activité en passant à des dîners à emporter et à des cours virtuels avec des ingrédients disponibles en bordure de rue. Heureusement, leurs fans sont restés fidèles à eux alors que de plus en plus de gens cuisinaient à la maison.

«Personne n’était aussi prêt pour la prise de risques et le développement créatif que Hao et Dixya. Ils font bouger les choses et ils sont intelligents.

«Il y a un bon sens communautaire dans leurs classes virtuelles avec beaucoup d’expériences de liaison et d’apprentissage pratique de la cuisine, aussi», dit Zameika Williams, professeur d’arts culinaires au lycée qui a travaillé aux événements pop-up Hao & Dixya. Elle et d’autres membres d’une organisation de femmes de Fort Worth ont récemment participé à un cours en ligne sur la fabrication de boulettes. «Nous avons ramassé les produits d’épicerie à l’avance à The Table, préparé notre travail de préparation, puis avons travaillé ensemble pendant que Hao et Dixya nous guidaient tout au long du processus. Les faire interagir avec nous et voir ce que nous faisions était formidable – ils nous encouragent. »

Hao & Dixya ont hâte d’ouvrir un plus grand studio culinaire avec une grande cuisine commerciale, un café et un jardin communautaire où ils pourront cultiver des ingrédients aux côtés de leurs clients.

Rétrospectivement, 2020 – et l’impact du COVID-19 – nous a donné le temps de faire une pause et de réfléchir sur de nombreux objectifs personnels et commerciaux, et nous développons les idées que nous avons tenues avec tant de passion », dit Tran. «Nous avons définitivement manqué les contacts et les conversations en personne, mais The Table est là pour rester.»

Tiré du numéro de mars 2021

You may also like

Leave a Comment

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Privacy & Cookies Policy